Archives de Catégorie: Uncategorized

Des liens pour consulter des livres – L’Homme et la Biosphère : un programme de l’Unesco

Dans le cadre de ses partenariats, le RME peut proposer des liens pour contribuer à faire connaître des fonds présentant un intérêt particulier du point de vue historique. C’est ainsi qu’il permet d’accéder au catalogue d’un fonds documentaire détenu par la Bibliothèque des sciences de la Terre et de l’environnement de la grande école Mines ParisTech à Fontainebleau (77).
logo-mines-paristech-latest
.
Voici la liste des documents du MAB répertoriés par cette Bibliothèque :
https://rocks.mines-paristech.fr/cgi-bin/koha/opac-shelves.pl?op=view&shelfnumber=405

.

Ce fonds est consacré à un programme de l’Unesco lancé au début des années 1970, le programme MAB (Man and Biosphere). Le but en était de mettre en réserve des éléments importants de ce qui sera appelé plus tard la biodiversité : protéger des réserves de biosphère, indispensables à la vie humaine comme le fait entendre le titre du programme.

Ce sont 2000 documents qui sont consultables à Fontainebleau, la plupart référencés pour en faciliter l’accès aux chercheurs intéressés.

Bibliothèque des sciences de la Terre et de l’environnement, Mines ParisTech, 38 rue Saint-Honoré, 77300 Fontainebleau.

.

L’hommage du RME à Michel Rocard

Le Réseau Mémoire de l’Environnement (RME) salue la mémoire de Michel Rocard, décédé le 2 juillet 2016.

Michel_Rocard_MEDEF

Michel Rocard @ Wiikipedia

L’ancien Premier ministre était membre du comité de parrainage du RME.

Contacté par courriel le 16 mars 2006, il nous avait répondu dès le lendemain avec ce bref message :

Je vous remercie et suis d’accord pour parrainer.
Bien à vous.
Michel Rocard

Hommage du Réseau Mémoire de l’Environnement aux victimes des attentats terroristes

4551025_3_3b78_le-mot-cle-jesuischarlie-a-ete-repris-plus_fcd81c69fb156c7b10837d21e0b1e999

Le Réseau Mémoire de l’Environnement (RME) salue la mémoire des 17 victimes des attentats terroristes des 9, 10 et 11 janvier 2015.

Nous avons été particulièrement émus par l’assassinat du dessinateur Cabu, engagé depuis sa jeunesse pour l’écologisme et la non-violence, qui faisait du comité de parrainage du RME.

Autre membre de notre comité de parrainage, Fabrice Nicolino, journaliste à Charlie Hebdo et auteur de nombreux livres de référence sur l’écologie, a été grièvement blessé lors de l’attentat du 9 janvier contre l’hebdomadaire satirique.

L’équipe du RME, qui a appris avec soulagement que ses jours ne sont plus en danger, lui adresse ses voeux de prompt rétablissement, ainsi qu’aux autres survivants.

Nous  présentons nos condoléances aux familles et aux proches de toutes les victimes.

Le RME reviendra prochainement sur le rôle pionnier de Charlie Hebdo dans l’éveil de la conscience écologiste en France, grâce à la grande figure de Pierre Fournier (lire notre texte ici) et à ses dessinateurs tels que Cabu, Wolinski, Reiser ou Gébé.

Hommage à Alexandre Grothendieck et Serge Moscovici

Le Réseau Mémoire de l’Environnement (RME) salue la mémoire d’Alexandre Grothendieck et de Serge Moscovici.

9782020221573grothendieck_ars

Par leurs écrits et leurs actions, ces deux précurseurs, qui viennent de mourir à deux jours de distance en ce mois de novembre 2014, ont joué un rôle très important, quoique souvent méconnu, dans les fondements de l’écologie politique en France.

Le RME adresse ses condoléances aux familles et aux proches de ces deux hommes exceptionnels.

Projection du film « Des cultures et des villes » le 6 octobre 2014 au Centre d’animation des Abbesses

Le Réseau Mémoire de l’Environnement (RME), AgroParisTech, le Musée du Vivant et le Centre d’animation des Abbesses vous convient à une projection du film Des cultures et des villes, vers une agriculture urbaine de Jean-Hugues Berrou le lundi 6 octobre 2014 à 20 h au Centre d’animation des Abbesses, 10 passage des Abbesses, 75018 Paris.

Des culturesetdesvilles001

Projection gratuite, inscription obligatoire au 01 42 62 12 12.

Projection-débat sur les débuts du mouvement anti-nucléaire en France le 17 mars à 19 h

Logo RME001

AFFICHAIGOUALFELIPE_html_m3e4ca5b5

.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Réseau Mémoire de l’Environnement (RME) et le Centre d’Animation des Abbesses vous convient le lundi 17 mars 2014 à 19 heures à une projection-débat sur les débuts du mouvement anti-nucléaire en France.

Cette projection-débat aura lieu au Centre Les Abbesses, 10 passage des Abbesses – 75018 PARIS.
http://equipement.paris.fr/centre-d-animation-les-abbesses-1154

Yvonne Mignot-Lefebvre et Michel Lefebvre, fondateurs du collectif Vidéo 00, présenteront deux de leurs films : Bugey-cobayes (1971) et Flamanville-Erdeven : chroniques de la lutte antinucléaire (1975).

Entrée gratuite, sur réservation, en envoyant un email à
contactabbesses@yahoo.fr
Pour toute information complémentaire, contactez Philippe DELACROIX au 06 19 21 54 83

Bugey-cobayes

numerisation0284

Les 10 et 11 juillet 1971, une marche pacifique face à la centrale nucléaire du Bugey, dans l’Ain, avait réuni 15 000 à 20 000 personnes. Le groupe Vidéo 00 était présent et a filmé ces deux journées exceptionnelles. Un témoignage unique. A notre connaissance, ce sont les seules images filmiques disponibles. Et notons les interviews de Jean Pignero, de Pierre Fournier et de Alexandre Grothendieck, l’étrange assemblage aux origines du mouvement antinucléaire français.

Bugey marque le décollage en France de la contestation contre l’ « atome pacifique » et, au-delà, selon la formule de Fournier, « le coup d’envoi de la révolution écologique ».

numerisation0792

Bugey, manifestation du 10 juillet 1971 – Photo Christian Weiss

Flamanville-Erdeven : chroniques de la lutte antinucléaire

Ce film réalisé par Vidéo 00 et les Cents fleurs introduit une dimension comparative entre deux sites choisis par EDF : Flamanville dans le Cotentin et Erdeven en Bretagne. Dans les deux cas, des comités se sont constitués pour s’opposer au projet de centrale nucléaire et défendre une certaine idée du bonheur qui ne se réduirait pas à l’augmentation continue du nombre de kw/heures.

Mais il existe dans les deux situations une grosse différence qui renvoie à la sociologie. À Flamanville, la population est majoritairement ouvrière et les usines commencent à fermer ; celle d’Erdeven, composée d’agriculteurs et de pêcheurs, est fortement attachée à son terroir et à la culture bretonne. Les résultats des deux référendums vont refléter ces réalités. Pour les ouvriers de Flamanville, la centrale c’est du travail assuré pour plusieurs années. Ce sera OUI. Pour les paysans d’Erdeven, c’est le reflux prévisible des touristes et la menace d’une catastrophe écologique majeure. Ce sera NON.

La dernière partie présente, de l’extérieur, le centre de retraitement des déchets radioactifs de La Hague (notons que la CFDT a refusé de participer au tournage, les positions de la direction du syndicat n’étant pas encore fermement établies). Les témoignages de quelques techniciens évoquent le problème des doses quotidiennes et celui de la surveillance de ces déchets pouvant aller de quelques années à plusieurs dizaines de milliers d’années.

Flamanville… nous en connaissons les suites. Erdeven… aucune centrale n’a pu être construite.

La richesse des formes d’action, que l’on retrouve aujourd’hui dans toutes les grandes luttes écologiques est frappante : information des citoyens documentée et rigoureuse, fêtes, comités scientifiques actifs, liens avec la presse écologique, exigence de referendums, relations avec les mouvements sociaux et avec les organisations professionnelles…

Extraits d’un texte de Laurent Samuel (présent à Bugey 01)

Fin mai, Pierre Fournier lance dans « Charlie Hebdo » un appel pour un rassemblement, fixé au 10 juillet suivant, contre le réacteur de Saint-Vulbas. Une manif baptisée « Bugey 01.

Dessinateur de grand talent, Fournier réalise aussi l’affiche de « la grande fête populaire, face à l’usine atomique ». Il y cite les statistiques du physicien américain Ernest Sternglass, concluant à un accroissement des leucémies autour des réacteurs nucléaires américains.

Le rassemblement du Bugey est soutenu par l’APRI, ainsi que par deux organisations fondées l’une et l’autre, à quelques jours de distance, en juillet 1970 : Survivre et les Amis de la Terre. Créés par le journaliste Alain Hervé, les Amis de la Terre sont la « branche » française de Friends of The Earth, mouvement lancé en 1969 aux Etats-Unis par David Brower. Quant au groupe Survivre, il a été fondé par le mathématicien Alexandre Grothendieck. Au départ, Survivre est issu des réflexions de Grothendieck et de deux de ses collègues matheux, Roger Godement et Claude Chevalley, contre la militarisation de la recherche scientifique.

Mais, malgré les efforts de Fournier et de Grothendieck, seuls quelques scientifiques soutiennent le rassemblement du Bugey. En dehors des mathématiciens de Survivre, le Pr Etienne Wolff du collège de France, le naturaliste Théodore Monod, le biologiste Philippe Lebreton, et Jean Rostand sont parmi les rares à s’engager. Il est frappant de noter qu’aucun physicien nucléaire connu ne participe au mouvement !

« Bugey 01 » se révèle un grand succès, avec 12 000 à 15 000 participants selon la presse et la télévision. La météo est au beau fixe et de nombreux manifestants se baignent nus, donnant au rassemblement des airs de Woodstock français. Après une marche de 7 à 8 km « sous un soleil assassin » (selon la formule de Cavanna).

Dès le lendemain, une réunion antinucléaire rassemble une cinquantaine de participants, dont Jean Pignero, Alexandre Grothendieck, Esther Peter-Davis, Jean-Jacques Rettig et Désiré Mérien. La présence de cet animateur du groupe Nature et Vie illustre la présence des adeptes des médecines naturelles et de l’alimentation biologique (sujet alors aussi tabou que la pollution radioactive) dans la constitution du mouvement antinucléaire.

Hommage à René Dumont

En présence de Charlotte Paquet-Dumont

 Rendez-vous jeudi 9 juin 2011 à 15h30 à AgroParisTech

16 rue Claude Bernard 75005 Paris (amphi Tisserand)

 

–       ouverture à 15h30 par Marie-Pierre Quessette (Directrice de la communication d’AgroParisTech, l’établissement de René Dumont)

–       présentation de l’après-midi par Laurent Gervereau (Vice-Président de la Fondation René Dumont, Directeur du Musée du Vivant-AgroParisTech, premier musée international sur l’écologie, et du Centre international de recherches sur l’écologie-CIRE)

–      projection d’un petit film sur l’action artistique monumentale réalisée en hommage à René Dumont le 11 mai 2011 au château de Grignon par l’artiste suisso-libanais Hafiz Bertschinger

–      discours de Charlotte Paquet-Dumont

–      présentation de la Fondation René Dumont par son Président, Marc Dufumier, présentation du comité de parrainage et débats

–       présentation de l’album « images de René Dumont » et des 875 photos mises en ligne pour le public et les médias par Aurélie Utzeri (attachée de conservation au Musée du Vivant)

–       présentation des archives René Dumont par Yolène Maresse (responsable des archives-CIRE)

–      projection par Emmanuel Chirache (responsable du Pôle images mobiles) d’extraits des films restaurés du fonds René Dumont

–      clôture et cocktail vers 17h

 

Contact media : Marie-Pierre Quessette (01 44 08 86 50 ; quessette@agroparistech.fr)

Renseignements Fondation René Dumont et Musée du Vivant : Aurélie Utzeri (01 30 81 52 98 ; utzeri@agroparistech.fr)

« Arbres » : deux projections organisées par le Réseau Mémoire de l’Environnement et le Collectif Coopérations Natures Sociétés

Arbres


Un Grand prix attribué dans quatre festivals, en France et à l’étranger, de 2002 à 2007 : Arbres est un film exceptionnel, véritable « philosophie de l’arbre », en même temps qu’ « anthologie des arbres » , autour du plus vieil arbre de la Terre : un pin âgé de 5 000 ans. De merveilleuses images de Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil, un texte surprenant d’après des idées du spécialiste Francis Hallé, servi par la voix de Michel Bouquet. « Le film nous raconte une histoire de l’arbre et des arbres, depuis les origines. C’est un voyage à travers le monde, un parcours dans un espace et un temps où l’on rencontre des arbres qui communiquent, des arbres qui marchent, des arbres timides ou des arbres fous. Arbres se situe dans un entre-deux où le savoir scientifique devient conte par la magie du cinématographe. »

Une projection organisée par le Réseau Mémoire de l’Environnement et le Collectif Coopérations Natures Sociétés avec leurs partenaires : Institut de Recherche pour le Développement, Musée du Vivant à l’AgroParisTech, Centre d’animation Les Abbesses, Festival du Livre et de la Presse d’Ecologie, Ciné220.

Les dates :

►lundi 6 juin 2011, 19 heures, Centre d’animation Les Abbesses, 15 passage des Abbesses, 75018 Paris. Métro : Abbesses ou Pigalle. Entrée gratuite sur invitation (réservation : contactabbesses@yahoo.fr ). [Avec en seconde partie un film sur la Guyane, de Jean-Hugues Berrou : De la Biodiversité, 2007, une production du Musée du Vivant à l’AgroParisTech.]

►mercredi 15 juin 2011, 20 heures, Ciné220, 3 rue Anatole France, 91220 Brétigny sur Orge. Tarif réduit : 3,80 € pour les membres des associations parternaires.

Un débat animé par Dominique Allan Michaud, politologue, Centre de Biogéographie-Ecologie (CNRS/ENS), et Gérard Sournia, géographe, ancien directeur de l’Union mondiale pour la Nature (UICN France).

Un anniversaire : Les 40 ans de CNS. Le mouvement lancé en octobre 1971 par Roland Lympius a connu une vie associative intense dans l’Essonne, avec la diffusion d’une presse militante, et la création d’une coopérative de vente de produits de l’agriculture biologique (Coop’Nat). Ce mouvement a fini par sortir des limites locales en devenant un collectif d’associations régionales, nationales et internationales, qui intervient dans le débat public sur l’environnement, apporte des informations, suscite des interactions par tous les moyens appropriés.

What is the RME ? (in english)

The RME is a major french actor on documentation and archives on the environment (including ecologism, both from ONGs and political). The RME carries the Projet Mémoire de l’Environnement (Memory of the Environment Project), the main program launched in 2001 by the Fondation René Dumont. It became autonomous in 2003, and published a report, Pour une culture de l’environnement (For a culture of the environment) in 2003-2004.

The RME gathers today 23 centers of documentation and archives, specialized totally or partly in the environment, from sciences to militantism, for a total of more than a million documents. Some of the those centers are very important and play a strategic role (particularly the Centre d’Archives Contemporaines of the Archives Nationales of France). Two centers are located in Belgium (ETOPIA) and in Greece (Evonymos Ecological Library, or EEL). The RME, EEL and ETOPIA are fully part of the HISTECOLOGIA nertwork, founded in 2010. The RME is a coordination structure, recognized of public interest by the French State, and under agreement with the City of Paris.

RME/MDA (boîte n° 2) 15 passage Ramey 75018 Paris

memoire.environnement@voila.fr

Pour un campus « développement soutenable et changement global »

Vous pouvez lire ci-dessous en pdf une note sur la Bibliothèque historique du Jardin tropical René Dumont, à Nogent-sur-Marne. Un projet porté par le Réseau mémoire de l’environnement.

noteRMEJTNOGENT