Lettre ouverte de Fatiha Belgahri au Président Dominique Allan Michaud

dam-venise-e1548424404692.png

Dominique Allan Michaud, président-fondateur du Réseau mémoire de l’Environnement (RME), à Venise en 2014

Cher Président Dominique Allan Michaud,

Vous nous avez quittés ce 1er janvier 2019 ! Quel pied de nez vous nous avez fait ! Est-ce parce que la ville de Limoges vous a vu naître, qu’elle a voulu vous reprendre ? La Ville « Emeraude » comme vous l’appeliez dans un écrit littéraire, la Ville « Emeraude » où vit votre mère âgée de 94 ans, dans sa « Maison d’artiste ». Vous l’aviez rejointe pour ces fêtes de fin d’année 2018.Cher Dominique Allan Michaud, comment décrire ma peine car j’ai été votre très proche collaboratrice. Durant ces dix sept années quel travail immense et important été accompli !

Comment témoigner de vos enthousiasmes, de vos découragements face aux événements, et de vos contrariétés face à certains comportements !

Parce que vous étiez le spécialiste de l’écologie politique, vous ne pouviez que déranger ceux qui croyaient tout savoir… Je ne veux pas faire ici une encyclopédie de votre carrière car il suffira de taper votre nom sur Internet pour vous consulter.

Par ailleurs ne citons pas non plus ceux voulant réinventer l’histoire sans vous, ne se donnant pas la peine de l’approfondir, de l’étudier pour la connaître, ni de la comprendre. Ceux-là même qui oubliaient de vous citer. Ces fameux spécialistes de l’approximation et du détournement !

Il me semble que vous citer est la meilleure façon de vous rendre hommage.

Dans la Note de recherche présentée le 16 juin 1977 à l’Université de Bordeaux III « discours écologique et discours idéologiques » Dominique Allan Michaud dans son introduction posait la question : « Qu’est-ce que l’ECOLOGIE ? Que désigne-t-on par et sous ce terme, d’un usage généralisé dans de multiples discours après 1971 ? S’agit-il de qualifier un mode de contestation et/ou une mode, une science et/ou un discours sur une science, une composante nouvelle des discours politiques traditionnels et/ou un discours pouvant se substituer aux discours idéologiques traditionnels ?… »

Il concluait : « La science écologique, chargée d’étudier les rapports des organismes vivants avec leur milieu, a des implications politiques. Les applications politiques suggérées par le « discours écologique » montrent que celui-ci est devenu (dans les années 1970) un discours idéologique autonome sur la base de la phagocytose d’une science par l’idéologie anarchiste, et favorise un consensus électoral de plus en plus large à l’extrême-gauche des partis traditionnels d’opposition français. »

Autre discours • L’Avenir de la société alternative : Les idées 1968-1990…, Editions L’Harmattan, 1989, 2010.

Dominique Allan Michaud, né en 1948, a été chercheur en sociologie politique dans des UMR du CNRS (Université de Paris X puis Ecole Normale Supérieure). Spécialiste de l’écologisme auquel il consacra des recherches depuis 1974, expert du ministère en charge de l’environnement ; président-fondateur du Réseau Mémoire de l’Environnement (association déclarée en 2003) et président de Coopérations Natures Sociétés (2009) :

« Le RME s’efforce, modestement et de façon non exhaustive, d’aider à décrypter les représentations fautives, de résister aux simplifications exagérées comme aux croyances abusives. Une tâche difficile tant la société du spectacle avec sa guerre des egos domine plus que jamais. Pour cette tâche, il donnera le plus possible la parole à différents acteurs, à des chercheurs, journalistes, militants de diverses spécialités, sensibilités ou obédiences. »

Le Comité de parrainage du RME réunira une centaine de personnes pour soutenir l’idéologie du président. Voici un extrait d’un courrier de Simone Veil (2006) en réponse au président Dominique Allan Michaud : « J’ai bien reçu votre lettre du 19 octobre dernier m’invitant à rejoindre le Comité de parrainage du Réseau Mémoire pour l’environnement.. J’accepte très volontiers votre proposition de rejoindre le Comité de parrainage du RME et vous en remercie. »

Votre Manifeste pour le Futur, extrait : « appeler à constituer une mémoire vivante permettant d’appuyer les actions du présent pour construire un FUTUR viable, vivable. »

Votre site Web pour les dix ans : un site d’information-réflexion du Réseau Mémoire de l’Environnement dont la conception et l’animation a été confié à l’ami et secrétaire général du RME, Laurent Samuel. Dominique Allan Michaud l’aura nourri d’articles, de billets d’humeur, d’interviews filmées et autres documents informatifs.

Il a aussi eu l’idée d’interviewer des témoins de l’histoire écologique : Charlotte Paquet- Dumont (…et le RME, une histoire de mémoire par DAM), Gisèle Chaleyat (féministe et co- fondatrice du parti Les Verts), Philippe Saint-Marc (qualifié de pionnier de l’écologie, humaniste militant), Jean-Carlier (journaliste et militant pour la protection de la nature et de l’environnement). Ces témoins resteront vos témoins vivants … sur le site du RME.

Autre activité de Dominique Allan Michaud, les projections de films à thèmes environnementaux : « provoquer la réflexion et le débat ». La coopération avec le Centre d’animation Les Abbesses, le Musée du Vivant, le Félipe, le Ciné 220, l’association des Vétérans des Essais Nucléaires, Armes Nucléaires Stop (et d’autres) a suscité des débats autour de nombreux films. Et pour n’en citer que quelques uns : Gervoise Bleue (Pierre Leroy de l’AVEN), La voiture et le coquelicot (Agro-Paristech-Grignan), Aïgoual, La Forêt retrouvée (au Centre d’animation Les Abbesses), Soleil Vert (Ciné 220, Yves Frémion, politicien, écrivain et critique de bandes dessinées). Le président s’investissait sans compter pour toutes ces réalisations, invitant pour chaque débat plusieurs intervenants.

Mais, cher président, vous aviez aussi vos humeurs ! Billet d’humeur après des élections présidentielles en Autriche :

L’Autriche a élu deux fois un président écologiste (4/12/2016)

« Et pourtant il fallait bien reconnaître, et parfois c’était écrit timidement, le nouveau président, Alexander van der Bellen, avait dirigé pendant des années … la formation autrichienne des Verts. Et ceux-ci étaient précisément la formation qui avait soutenu sa candidature et organisé sa campagne. La surprise sans doute était telle que le commentaire peinait à la suivre, après avoir échoué à la précéder, du moins en France puisque beaucoup de sondages autrichiens l’avaient annoncée au départ. »

Cher président, merci à vous ! Je ne vous oublierai jamais, on ne vous oubliera jamais !

4 réponses à “Lettre ouverte de Fatiha Belgahri au Président Dominique Allan Michaud

  1. Patrick BOGHOSSIAN 9 février 2019 à 21:22

    Fatiha BELGAHRI…
    A vous que je ne connais pas ! Permettez-moi de vous contacter par la présente. Qui suis-je ? Je me nomme Patrick BOGHOSSIAN, journaliste à la retraite, résidant à 31260 Montespan depuis 2008 après avoir « bourlingué » ici et là à la faveur de l’exercice de mon métier de vocation.
    Dominique… , D.A.M…., est pour moi l’un de mes plus chers amis et le mot cher est faible !!! Lui et moi, nous nous sommes rencontrés en 1974 pour la toute première fois à l’université de Bordeaux où je préparais un diplôme de journalisme à l’I.U.T. Michel-de-MONTAIGNE.
    Et j’écris délibérément… Dominique… est pour moi alors que désormais je le sais bel et bien que nous ne nous reverrons plus jamais. Hélas !!!
    Sans nouvelles de sa part depuis que la toute fin de 2018 et la nouvelle année 2019, je n’ai cessé de lui téléphoner sur le seul numéro de téléphone fixe (le 01.46.06.69.37.), y laissant plus d’un message. Je ressentais de plus en plus d’inquiétude !!! Et notamment parce que je ne savais pas où et comment joindre ni sa fille Viviane, ni sa mère dont le prénom m’échappe tout de suite.
    Dominique avait pu évoquer l’existence d’une compagne dont je n’ai jamais su l’identité.
    Lui et moi nous ne nous étions pas revus depuis un sacré bout de temps. Heureusement, le fil des ondes nous reliait. Il m’appelait. Je l’appelais.
    Comme si j’avais eu un horrible et terrible pressentiment…, aujourd’hui même samedi 9 février 2019, je me suis risqué à quelque recherche sur le moteur de recherche Google sur INTERNET.
    Et là patatras !!! Je tombe sur la nouvelle: à savoir que Dominique a rendu son dernier souffle le 1er janvier 2019. Un cauchemar… vivant pour moi comme je n’en ai jamais vécu !!!
    Dans un tout premier temps, je me suis frotté les yeux car je me refusais de croire à une pareille nouvelle. Et puis, d’un site à l’autre, pas énormément, j’apprends qu’en effet Dominique nous a quittés définitivement.
    L’an dernier, lors de l’une de nos toutes dernières « retrouvailles » grâce au fil des ondes, Dominique avait lâché avec légèreté: « Il faut bien mourir un jour… »
    Celui-ci, très pudique, réservé… -malgré nos liens d’amitié depuis 44 ou 45 années !!! – n’évoquait que fort peu son état de santé. Il m’avait tout de même confié qu’on lui avait diagnostiqué un cancer…sans que j’en sache plus à dire vrai.
    Vous écrivant ce message en espérant qu’il vous soit transmis, je vous avoue être en larmes comme jamais dans ma vie. Certes, je ne saurais omettre que mes deux parents ne sont plus de ce monde. Certes, comme oublierais-je jamais que j’ai eu frère aîné et tant aimé, Paul, artiste, comédien, danseur, chorégraphe…, et qu’un accident de la route en 1979 lui aura été fatal. Mon rapport à la mort date de cette tragédie.
    Merci infiniment de me contacter quand vous pouvez et voulez. Voici mes deux adresses de messagerie: patrickboghossian@hotmail.com et boghossian.patrick@wanadoo.fr.
    Mais aussi mes deux numéros de téléphone: 05.61.90.76.01. et 06.14.64.72.37.
    En vous écrivant ce message au nom de tout ce que j’ai de plus cher au monde, au nom de la vie, d’en-vies de vies…, pour tout un chacun, et pour vous, Fatiha, qui ne me connaissez pas à ce jour, je n’en finis pas de pleurer toutes les larmes de mon corps, de mon coeur, de mon esprit, de ce Patrick entier qui ose vous envoyer ce message… comme une bouteille à la mer.
    Que Dominique puisse reposer en paix à Limoges, sa dernière demeure désormais !!!!!!!!!!!!!!!
    Et bien évidemment, c’est à cet être humain hors normes que je pense encore et toujours.
    « Mon » Dominique à moi… sans esprit possessif aucun.
    Patrick BOGHOSSIAN

    • laurentsamuel 10 février 2019 à 14:45

      Merci Patrick pour ce message très émouvant que je transmets à Fatiha. Voici le lien de l’article que j’ai consacré à Dominique sur le site des JNE (journalistes nature écologie) http://jne-asso.org/blogjne/2019/01/31/hommage-a-dominique-allan-michaud-pionnier-de-la-memoire-de-lenvironnement-et-des-etudes-sur-lecologie-politique/
      Bien cordialement.
      Laurent Samuel. Secrétaire général du RME et vice-président des JNE

      • Patrick BOGHOSSIAN 10 février 2019 à 15:33

        A vous Laurent SAMUEL…
        Merci à vous pour votre message ! J’avais aussi découvert votre article à vous en hommage à mon cher Dominique. Infiniment merci pour celui-ci.
        Sinon, puis-je me permettre de vous demander si jamais vous connaissez comment je pourrais contacter sa fille à Dominique, Viviane ? Quant à sa mère, dont le prénom m’échappe tout à fait ici et maintenant, savez-vous éventuellement où elle réside à Limoges ? Dans la « lettre ouverte » de Fatiha, il est question d’une « maison d’artiste » dans la cité de la porcelaine. C’est-à-dire ?
        Confidence à vous que je ne connais pas et réciproquement… Il se trouve qu’au fil de nos liens d’amitié exceptionnelle à Dominique et à moi-même, j’avais eu l’occasion de lui rendre visite là-bas à Limoges et de faire connaissance avec ses deux parents. C’était au siècle précédent ! En clair, son père, dont le prénom ne me revient plus…, qui n’est plus de ce monde depuis moult années, et sa mère bien évidemment.
        Désormais, je ne mesure que trop ce que peut signifier une authentique amitié, indéfectible… au fil des décennies. Vous écrivant, je pense ici au poème de Pierre de RONSARD: « Le temps s’en va… » Dominique et moi: 1974-2018… mais pas 2019.
        Je le revois encore Villa Dancourt, à deux pas du Théâtre de l’Atelier. J’entends aussi sa voix. Et désormais à ce jour, sa voix enregistré sur le répondeur de son téléphone personnel.
        Ignorant la tragique nouvelle, depuis le 1er janvier 2019, j’avais bel et bien cherché à le joindre, laissant quelques messages de vive voix dont il n’aura jamais pu prendre connaissance puisqu’il nous avait quittés. Pour employer la formule de circonstance…
        Merci d’avance pour les renseignements demandés.
        Chaleureusement à vous…
        Patrick BOGHOSSIAN

  2. Patrick BOGHOSSIAN 10 février 2019 à 14:05

    Sous le coup d’une émotion indicible…, indescriptible.., j’en ai même omis de vous dire… MERCI.
    Merci, Fatiha, pour votre « lettre ». En espérant recevoir de vous un signe de vie… Oui, j’y aspire.
    Sincèrement à vous,
    Patrick BOGHOSSIAN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :